Rechercher
  • Coach Phil

Votre corps est une machine à s'adapter.

Mis à jour : 1 déc. 2019

Le corps humain a très peu de limites si on lui donne le temps de s’adapter. J’ai déjà lu une citation sur une page Facebook (et si c’est sur Facebook, c’est que c’est vrai ! ;) ) : « Les gens surestiment ce qu’ils peuvent accomplir en 6 mois, mais sous-estiment ce qu’il peuvent accomplir en 5 ans ». Je suis tout à fait d’accord avec cet énoncé.


Beaucoup de personnes se lèvent un bon matin (souvent le 1er janvier) en se disant : « C’est assez, je me reprends en main et je remets ma santé sur les rails ». Jusque là, ça va. Sauf que trop d’entre eux veulent tout changé en même temps. On ajoute de l’activité physique intense, on change l’alimentation, on fait de la musculation, etc. Ensuite, vers la st-valentin, quand on entre au gym, on voit les mêmes bonnes vieilles faces qui étaient là à la mi-décembre. Tous ces gens étaient pourtant remplis de bonnes motivations, mais ce n’était pas suffisant. Je pose la question : pourquoi ?


Bien qu’il n’y ait pas qu’une seule réponse, je vous explique ce que je crois être la principale, les gens sont trop pressés d’avoir des résultats.


Je vais prendre une activité que je connais bien : la course à pied.


J’entends souvent des gens me dirent qu’ils ont essayé la course à pied, mais que ça leur fait trop mal aux genoux, aux chevilles ou au dos, donc ils ne peuvent pas courir. Mon hypothèse est que ces personnes ont commencé la course à pied de façon trop brusque, non progressive et que c’est normal qu’ils aient trouvé ça trop difficile. La course à pied est une activité avec beaucoup d’impact sur le corps. À chaque fois qu’on pose le pied par terre, qu’on absorbe le poids de notre corps et qu’on le relance vers l’avant, ça sollicite nos jambes, notre dos et nos abdominaux.


Si on ne donne pas le temps à notre corps de s’adapter, c’est évident qu’on n’aura pas de plaisir, on augmente la chance de se blesser et on perd notre motivation.


Je vais vous donner l’exemple de quelqu’un que je connais plutôt bien : moi.


Si vous regardez les photos de cet article, vous y voyez le même gars avec 11 ans d’écart (2003-2014). Si je m’étais dit sur ce divan si confortable que 11 ans plus tard, j’allais faire un Ironman, je serais surement encore assis dans ce même divan avec encore plus kilos à ma charpente.

La raison pour laquelle j’ai commencé à bouger, c’est que j’ai eu un « wake up call » de mon corps à 28 ans, j’ai fait de la fibrillation auriculaire (cœur). Rien de trop grave finalement, mais à 28 ans, papa de 2 belles jeunes filles, disons que ça réveil.




Mon médecin m’a suggéré, en plus de la médication pour mon cœur, d’avoir un mode de vie plus sain. Faire du sport, manger mieux.


Je comprends aujourd’hui à quel point on ne connaît pas ce que l’on mange et à quel point c’est compliqué de se retrouver à travers tous les modes d’entrainements et de régime miracle avec lesquels on est constamment bombardés.


Croyez-le ou non, ma première activité a été un tapis de DDR (Dance Dance Revolution) sur la Nintendo Wii que je faisais avec mes filles dans le sous-sol. Première réalisation : faire quelque chose que j’aime en combinant bouger et passer du temps en famille, c’est gagnant.

Je me suis ensuite mis à la course à pied vers 2005. Courir sur un tapis roulant et dehors… ouch ! Vraiment pas facile au début, j’ai commencé en essayant et comme plusieurs, je voulais aller trop vite ou trop loin tout de suite (on veut sentir que ça vaut la peine). Quelques mois plus tard, je faisais tout de même mon 1er 5km. Je regardais ceux qui couraient 10 km et je les voyais comme des superhéros. Jusqu’au soir où j’allais souper chez mes parents, qui habitaient à 10km de chez nous. J’ai dit à ma blonde, je pars 1 heure avant vous et j’y vais en courant, j’ai réussi ! J’étais vraiment content, tellement que la semaine après, je me suis dit que j’allais le faire aller-retour… Mauvaise idée ! Ma blonde est venue me chercher après 12km, les jambes crampées et l’orgueil fracturé ;).


D’ailleurs, presque à chaque fois que je me suis pensé plus fort que le principe d’entrainement progressif, j’ai frappé un mur ou je me suis blessé.


Tout ça m’a amené jusqu’en 2009 ou j’ai couru mon premier 21,1km pendant un événement. J’ai vraiment eu la piqure.


2010, premier marathon.


2012, premier triathlon sprint, olympique et demi-ironman.


2014, Ironman !


Et aujourd’hui, je ne prends plus aucune médication pour mon cœur ou mon cholestérol. L’activité est un puissant médicament faut croire.


Le but au départ n’a jamais été ça, mais c’est la transformation, le processus, les rencontres de gens extraordinaires qui m’ont mené jusque là.


Le but premier devrait être la santé et l’équilibre. Le défi vient ensuite, mais il n’est pas obligatoire.


Donnez-vous le temps. Vous voulez manger mieux ? Ne faites pas de régime. Changez une chose à la fois. Par exemple, coupez les boissons gazeuses et les jus et remplacez-les par de l’eau. Une fois que ce changement sera intégré, ajoutez-en un autre. Ce doit être un régime de vie et non un régime alimentaire.


Vous voulez bouger plus, c’est le même principe. Une étape à la fois, vous ne soupçonnez même pas jusqu’où ça peut vous mener. Et pas besoin de faire des Ironmans pour que ça vaille la peine. Une activité physique modérée de 30 minutes 5x/semaine est amplement suffisant pour avoir un bel équilibre de vie.


Essayez, vous verrez bien !



Coach Phil

28 vues
Coach-Phil-png.png
  • Noir Icône Instagram
  • Noir Facebook Icône

©2019 Tous droits réservés à Coach Phil